Poudlard VS Nautilia

La guerre est déclarée...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ava [Le dragon]

Aller en bas 
AuteurMessage
Ava Dane
Professeur(e) de métamorphose
Professeur(e) de métamorphose
avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 01/03/2018
Localisation : Dans ma classe. Mon studio. Mon bureau. Une salle vide. Dehors. Sur les toits. Derrière toi.

MessageSujet: Ava [Le dragon]   Jeu 1 Mar - 23:51


Présentation de votre personnage


Vous...



Nom : Dane (Née Tiernen)
Prénoms : Avandel
Surnom : Ava, Avy
Date de naissance : 01 Juin 1994
Origine : Sang mêlé (Par ses deux parents)
Nationalité : Galloise
Baguette : Bois d'if, brisures d'écailles de dragon (Plusieurs espèces différentes).
Poste : Professeure de Métamorphose
Don particulier : Polymorphe [Ou métamorphomage corrompu]




Votre famille...



Votre père : Rhys Tiernen. 61 ans. Ancien Gryffondor. D'une famille de classe moyenne, Rhys a toujours été considéré comme un militant de la justice sociale. Têtu, tête brûlée et toujours prêt à défendre une cause qu'il pense juste, sans nécessairement y réfléchir suffisamment. Il a toujours été un défenseur des relations sorcier/moldus et de l'égalité des origines. Il sera bientôt retraité d'une longue carrière (bien que houleuse) dans les relations inter-origines. Il croit toujours en ses idées, malgré l'enlèvement de sa femme, parce qu'il pense que c'est ce qu'elle aurait voulu (C'est probablement vrai).

Votre mère : Ceri Tiernen, née Gaenor (Elle aurait 59 ans). Ancienne Poufsouffle. Héritière d'une famille conservatrice aisée du Pays de Galles (c'est de cette branche que vient la métamorphomagie), Ceri était considérée comme le mouton noir de la famille. Tolérante à l'excès autant que bornée dans ses principes, elle a coupé les ponts avec sa famille assez jeune et mené des études de sociologie. Elle a travaillé dans la réinsertion de jeunes sorciers et cracmols en difficulté jusqu'à son enlèvement. Depuis portée disparue. Considérée comme décédée (c'est probablement vrai, aussi).

Vos frères et soeurs : Gaen Tiernen 37 ans.
Parti de la maison assez tôt, Gaen ne partageait pas les valeurs trop inclusives de ses parents concernant le monde Moldu (Sans être spécifiquement extrémiste, il trouvait que c'était les mettre au niveau de cobayes de laboratoire, surtout dans les temps mouvementés d'avant-guerre). Il a essayé d'empêcher plusieurs fois Rhys et Ceri d'envoyer Ava dans ces stages et camps d'observation du monde sorcier, avant de se brouiller définitivement avec ses parents.

Le reste de la famille : Quelles que soient les raisons, Ava n'en entends plus parler, ou bien elle n'a pas envie d'en entendre parler.




Votre histoire...

20 lignes minimum !



Pour une surprise, cette enfant avait été une surprise de bout en bout. 9 ans après leur fils, Ceri Tiernen avait fait une croix, à regret, sur l'idée d'avoir un second enfant. Et puis elle était arrivée, un jour chaud et orageux de Juin 1994 : une jolie poupée aux cheveux sombres, qu'elle et Rhys voulurent doter d'un prénom doux, fidèle à leurs origines Galloises, mais aussi sorcières : Avandel.

Avandel, c'était aussi le nom d'une agglomération à dominante sorcière qui était parvenu à une certaine harmonie avec leurs cohabitants Moldus, il y avait de cela plusieurs siècles, et avant que des lois d'anonymat bien plus strictes n'entrent en vigueur, causant une vague d'effacement de mémoire dans la ville.

Une surprise donc, dotée d'un caractère de petite dernière, haut en couleurs, à qui on ne refusait presque rien sans jamais l'écouter vraiment. Une enfant désirée, mais à qui on n'avait plus vraiment autant d'énergie, ou de temps à donner qu'à l'époque où on avait fait une croix dessus. La petite Ava devint donc une enfant capricieuse, au caractère percutant et acide, extravertie comme un enfant roi mais blessée de n'être jamais entendue. Pas de cadre, pas de respect. Finalement, elle fut une petite fille indépendante, qui cultiva rapidement ses propres aspirations. Sournoise et provocatrice a escient. « T'es pas fort, tu t'écrases, qu'est-ce que tu veux que je te dise ? » Et ce caractère finit par s'exprimer jusqu'à la racine des cheveux. Littéralement, puisqu'à l'âge de 6 ans, elle commença à montrer des signes de magie, mais aussi de la métamorphomagie qui faisait encore la fierté de la famille Gaenor.

Rouge, vert, violet. Ava en faisait voir de toutes les couleurs à son microcosme, dans lequel seul son frère parvenait à avoir un tant soit peu de prise. Gaen avait de l'autorité. Gaen n'exigeait pas des choses illogiques, ou ne la laissait pas se gaver de crème glacée avant de la forcer à finir son dîner, à la limite de vomir. Gaen lui mettait des claques dans l'épaule, de sa petite main d'adolescent, quand elle se mettait à tout piétiner sur son passage… Et il se faisait engueuler par leurs parents pour ça. Bref, petite Ava ne voyait que par lui.

Août 2000

La chaleur était atroce et l'humeur de Rhys également. Depuis quelques années, le département où il travaillait était aux prises avec de continuelles luttes intestines. Bon sang, pourquoi les sorciers ne comprenaient-ils pas la peur légitime des Moldus ? Il fallait tendre la main, rassurer les cracmols révoltés, pas constamment sortir les griffes.

Ce débat houleux se transposait à la maison.

- Ouais, enfin c'est sympa de tendre l'autre joue, mais allez dire ça aux familles des victimes.

Gaen, 16 ans, pas aussi militant que ses parents, en train de débattre plus par opposition que par conviction.

- Et donc ? On élimine tous les cracmols, peut-être ? Pour qu'ils arrêtent de fédérer des révolutionnaires Moldus ?

Ceri qui ironisait, en salant à outrance un plat d'endives cuites.

- Ce sont des attaques isolées, on ne peut pas constamment agir par la répression ! Si on arrêtait de se planquer derrière nos murs et qu'on se montrait un peu accueillants, pour une fois ?!

Rhys, tendu comme un arc depuis plusieurs mois à cause de son boulot, et qui ne trouvait pas ça drôle.

- Les endives, c'est dégueulasse !

Ava, 6 ans, en pleine période de collection d'insultes dans son jeune vocabulaire, et qui se foutait de ce débat. Ses cheveux ondulés, noir corbeau, passèrent au bleu nuit mécontent lorsque sa mère posa une assiette devant elle en lui faisant les gros yeux. Bouh, les gros yeux… Qu'est-ce que ça faisait peur. Ou pas. Encore moins peur depuis que ses parents avaient été ravis de lui dégoter des cours de Muay-Chaiya, pour canaliser son trop plein "d'energie", en espérant qu'elle se mêlerait aux petits Moldus. Mais elle ne s'y mêlait pas vraiment. Elle apprenait juste à les frapper dans les dents avec toutes les parties dures de son corps. Principalement les coudes et les genoux.

Vacances de Noël 2001

Ava. 7 ans. Maître du monde en devenir.

- Tu crois que, quand je serais plus grande, je pourrais me transformer en dragon ?

Elle tenait un énorme livre de contes entre ses genoux. Bien sûr que les dragons existaient, elle le savait parce que tous les sorciers savaient ça… Elle savait aussi que, plus tard, sa magie et son don lui permettrait de faire des choses exceptionnelles.

- Mais non… C'est beaucoup trop grand et complexe un dragon. Y'a des lois physiques, neuneu ! Même pour les sorciers. Tu connais pas la transposition moléculaire ?
- La QUOI ?

Gaen, en dernière année d'étude et déjà majeur, la regardait avec un sourire moqueur. La bouche de sa petite soeur et son menton s'étaient plissés de déplaisir.

- C'est compliqué à expliquer, mais en gros. Tu peux pas étirer ta propre matière à ce point, ok ? En plus c'est dangereux, alors oublie.

La frimousse d'Ava se plissa plus encore. Déception et agacement se lurent dans ses yeux bleu-verts, et elle repoussa la main de son grand frère avec la virulence d'un ratel énervé, lorsqu'il essaya de lui caresser la tête.

- Tu verras bien !

Fin 2002

Ca y était, les sorciers tendaient enfin la main au monde Moldu ! Un peu malgré eux, puisque le secret avait été bruyamment éventé dans les derniers mois et que la situation était devenue difficile à juguler, mais ça y était. Et pour la première fois depuis longtemps, Rhys trouvait que son travail, que son département, faisaient avancer les choses dans le bon sens. A la fin du mois, l'unité d'observation du monde sorcier, dont il avait participé à la création, figurerait cette main tendue, et la bonne foi du monde sorcier envers tous les non sorciers. Des colloques de rencontre entre sorciers et Moldus seraient créés, ainsi que des stages d'acclimatation et d'observation, pour permettre aux non mages d'étudier et, surtout, d'être rassurés sur leurs compte.



- … Et tu pourras utiliser ton don autant que tu le voudras !
- J'ai pas en-vie !
- Allez, Avy, je sais que tu adores ça ! Ne fais pas ta mauvaise tête !
- Nooon !

Si c'était vrai qu'elle adorait utiliser son don, quand bien même faisait-il tout et n'importe quoi sans attendre son consentement, Ava détestait le faire quand on le lui ordonnait. Surtout quand c'était des n'importe qui, qui se prenaient pour n'importe quoi, qui se permettaient de le faire. Et elle avait bien compris, lors de son tout premier "stage d'acclimatation", que tout ça, c'était n'importe quoi. On l'avait tripotée dans tous les sens, on lui avait coupé les ongles, mis des cotons dans la bouche, piqué les bras, volé du sang, et le pire… C'était que tout le monde avait l'air de trouver ça normal.

Quatre stages. Ses parents l'avaient inscrite à quatre stages cet été, et Ava avait eu beau piquer une colère et mener une guerre ouverte à la maison, rien n'y avait fait. D'après ses parents, elle était têtue mais une fois là bas, elle se ferait des amis et elle s'amuserait, c'était certain. Parce que cette fois, il y aurait d'autres enfants…



- Avandel, ça vient de quoi ? De Disney?
- Nan.
- On dirait un nom de fée.
- Et qu'est-ce que t'y connais, aux fées ?

Les fées, c'était de la vermine, dans les jardins et les forêts, un peu comme des insectes... Est-ce que ce garçon était en train de l'insulter ?

- Tu connais pas la fée clochette ?

Est-ce qu'elle aurait dû lui mettre un coup de poing tout de suite ? La mâchoire d'Ava se crispa, et la petite fille, adossée au mur d'une cours bétonnée entourée de murs hauts, comme une cours d'école, darda un regard peu accueillant sur son vis à vis.

- Ben quoi ?
- T'as déjà fais un stage, comme ça ?
- Non, c'est mon premier, mon nom c'est Tom.
- Comme Voldemort.
- C'est qui ?

Ava lui offrit un regard tellement vide et dénué d'intérêt qu'elle aurait pratiquement pu entendre l'écho de la voix du garçon à l'intérieur de sa boîte crânienne.

- Tu connais les dragons ?
- Comme dans les histoires ? Avec les cornes et qui crachent du feu ?!
- Ha ! Oui !

Soudain, une pointe d'intérêt brilla dans les yeux de la petite fille. D'autres enfants s'étaient approchés entre temps, de petits sorciers, d'autres petits Moldus.

- Eh ben quand je serais grande, je pourrais me transformer en dragon !
- N'importe quoi !
- C'est toi n'importe quoi ! Nous les sorciers, on fait tout ce qu'on veut !

Les choses avaient escaladé très vite, et de ce séjour, elle était revenue couverte de bleus. Du suivant, elle était revenue le crâne rasé par des "grands en blouse" intrigués par leur capacité à changer abruptement de couleurs. Ava n'avait pas su les faire repousser, même par métamorphose, et c'était sa mère qui l'avait fait, à la fin de l'été, en lui expliquant que ce n'était rien de grave. D'un autre voyage, elle était revenue en expliquant qu'on l'avait fait marcher sur une plaque qui faisait de l'électricité… Mais apparemment, tout cela n'était qu'une curiosité naturelle, puisque les Moldus n'avaient jamais eu la chance, comme eux, d'apprendre à connaître la nature sorcière avant aujourd'hui. Ou de la garder en mémoire. Et que c'était en partie à cause des erreurs passées des sorciers.

Dans ces moments là, Gaen rétorquait que, bientôt, on allait leur reprocher le réchauffement climatique, et que la boucle serait bouclée. Le garçon avait affirmé sa position, contre l'excès de bonne foi de ses parents, les traitant même de vieux fanatique, en menaçant tous les deux jours de se tirer d'ici avec Ava. Ce qu'il fit quelques mois plus tard, quand ses parents finirent par le jeter dehors. Sans Ava.

Juillet 2004

Les stages d'acclimatation étaient devenus sa croix. Vacances, étés 2003, 2004. 2 jours, 4 jours, une semaine… Ava avait finit par admettre que ses parents avaient perdu pieds, avec leurs tentative de main tendue. Leur "mal nécessaire". Ils étaient incapables de revenir en arrière ou d'exprimer des regrets.

Parfois il y avait d'autres enfants avec elle, parfois non. Parfois ils passaient leurs temps à se battre comme des furies, clan contre clan, parfois non. Parfois on lui parlait, beaucoup, et parfois non. Parfois elle avait même l'impression qu'il n'y avait aucun adulte. La jeune fille avait chaque fois la sensation d'entrer dans une arène avec des règles différentes.

Et cette fois…

Cette fois elle attendait, adossée à un énième mur en béton. Qu'un énième quelque chose arrive. Il y avait d'autres enfants. Plus vieux. Moldus. Elle avait fini par les reconnaitre de loin. La plupart de ceux qu'on enfermait dans des endroits pareils respiraient la jalousie. Seule sorcière ? Son corps de gamine de dix ans fut secoué par un frisson d'angoisse. Combien est-ce qu'elle pouvait en contenir s'ils se mettaient en rogne ? Deux ? Trois ? Quatre ans de Muay-Chaiya, ça valait quoi ? Un traumatisme crânien gratuit, un bras et des côtes cassées, sponsorisés par le département des relations inter-origines et l'unité d'observation du monde sorcier.

Mais "ça se rafistolait hyper bien les sorciers".

Elle avait passé le reste de son séjour à démontrer le temps de cicatrisation et de reconstitution ordinaire d'un organisme sorcier, enfermée dans une cuve à demi pleine d'un liquide qu'elle n'avait pas identifié, parfois entourée d'une lumière bleue qui lui donnait l'impression de se faire passer le cerveau au laser, et le reste du temps, dans l'obscurité la plus totale. Est-ce que la métamorphomagie permettait de soigner des blessures internes ou externes ? Réponse : NON. Elle aurait pu les cacher, mais à ce moment précis, Ava n'en avait ni l'energie, ni le contrôle.

Parfois la cuve se remplissait aux trois quart, et Ava avait la sensation de ne plus sentir son corps, immergée jusqu'au visage. Est-ce qu'elle allait se noyer ? Est-ce qu'ils auraient été capable de la laisser se noyer ?? Même quelques secondes avant de la réanimer ? Aucune idée. Ils ne l'avaient pas fait, mais l'effroi qu'elle avait ressenti là dedans, blessée et prisonnière dans l'obscurité, ne la quitta plus jamais.

Et quand-est-ce qu'il allait se réveiller, le monde sorcier ? Dans ces affaires d'observation, on avait clairement donné la main mise aux Moldus, pour faire amende honorable, peut-être.

Elle ne prenait plus la peine de raconter. On la rafistolait avant de la ramener chez elle et ses parents n'écoutaient pas. Ils n'écoutaient RIEN, persuadés qu'elle inventait pour éviter cette purge de fausses colonies de vacances, ou bien au courant de tout ? Complètement perchés par l'idée béate de l'utopie que leur fille ne voyait pas du tout se profiler à l'horizon. En tout cas ils paraissaient toujours sûrs et certains que c'était pour le bien commun. Ava ne savait plus quoi penser et se demandait s'ils étaient soumis à des drogues débilitantes, dans leurs colloques diplomatiques et autres symposiums de découvertes, statuant sur le bien fondé de cette observation unilatérale.

Ils allaient tous finir dans des aquariums si quelqu'un n'arrêtait pas ça… Et vite.

2005 - 2010


Son entrée au collège ne jugula pas vraiment le flot incessant de conneries programmées par ses parents, mais au moins, elle ne rentrait plus dans cette maison chaque soirs. Au moins elle avait une baguette, et des gens qui lui apprenaient à s'en servir. Son don ne créait pas de haro ou d'étonnement particulier. Pas de blouses, de coupages de cheveux, de prises de sang, d'électricité. Pas de cuve. Pas de Moldus. Elle ne les détestait même pas eux précisément, c'était le monde entier qu'elle détestait à l'âge de 11 ans. Et le monde entier qu'elle prenait pour ennemi, jusqu'à preuve du contraire.

Pendant un temps, elle se demanda qui, parmi les autres avaient été un jour confronté aux fameux "stages d'observation du monde sorcier". Qui y était encore confronté ? Elle n'osait pas poser la question, tout simplement parce qu'elle n'avait pas envie de parler de son propre cas. Aux yeux des autres, elle était une brunette extravertie. Pas silencieuse, assurée, fantasque. Aux avis tranchés et dont on n'envahissait pas l'espace vital sans autorisation, malgré un entourage bien plus dense qu'elle ne comptait de véritables proches. Elle était cette fille qui chantait des chansons paillardes debout sur une table et qui criait haut et fort que plus tard, elle pourrait même se métamorphoser en dragon. Un vrai, à qui on ne se frottait pas. Pas une métaphore à la con.

Et on avait tendance à la croire sans peine…

Improbable, pourtant. Les mois et les années passant, Ava se heurta aux fameuses lois dont lui avaient parlé son frère. Trop grand. Trop complexe. La dépense en énergie dépasserait de loin le potentiel d'un très bon sorcier. Mais dans l'esprit d'Ava, et en dehors de toute apparence, ce qu'elle voulait, c'était transcender tout ce qu'on lui imposait de limites. Elle se fit plus discrète sur ce projet au fil du temps, sans pour autant l'oublier un seul instant. Simplement car elle grandissait, et que l'apparente bravade de la prime jeunesse se muait en ambition qui n'avait besoin de motivation que la sienne. Son corps était une toile blanche, un outil, et son potentiel était… Encore trop faible. C'était là dessus qu'elle travaillerait, et travaillait déjà, théoriquement, à l'aube de ses quatorze ans, accompagnée de quelques complices… Dont une certaine Driss : plus agée, indéniablement talentueuse, et qui ne s'attardait pas sur la morale. Parce que de la même façon que tous les sorciers connaissaient l'existence des dragons, tous savaient aussi, avec plus ou moins d'oeillères ou de peur, quel était le moyen le plus efficace pour se transcender.

Ces voies, elle comptait bien les emprunter.

Les cours se passaient bien, si tant était que les professeurs parvenait à dominer le caractère cynique, autoritaire et parfois abracadabrant de la metamorphomage. Quant aux vacances… Elles étaient partagées entre le sport, qu'Ava exigeait, comme une contrepartie à sa participation aux délires inclusifs extrêmistes de ses parents, et ces fameux évènements, visants l'observation , ou encore à renforcer les liens entre les individus. Publicité mensongère. Comme si ces séances de plongeon dans l'inconnu ne valaient pas mille fois, le prix de ses cours de boxe Thaï. Mais apparement, les Tiernen évaluait l'intégrité et l'enfance de leur fille à environ ce prix là…

Février 2010

De courtes vacances dévolues uniquement au sport et à des choses qu'elle seule pourrait vouloir faire ? Ava ne pensait pas voir ça un jour. Mais c'était simple : son père n'était pas là. Au revoir les passe droit vers l'enfer délivrés par le département le plus glauques du ministère ! On avait besoin de lui ailleurs, loin, et Ceri était entièrement dévouée à son nouveau projet du moment : tenter de sortir de l'eau un jeune cracmol, d'à peu près l'âge de sa fille, qui sortait de détention juvénile et qu'elle espérait parvenir à réinsérer. Elle l'avait même ramené à la maison, avec sa gueule cassée, et la brunette était tombée nez à nez avec lui, une canette de soda à la main, dans son salon.

- Hey.

Ava lui jeta un regard qui aurait transpercé un mur. Il devait avoir son âge ou un peu moins. Il la détaillait : grande brune de seize ans, aux cheveux attachés en une longue tresse africaine, dans une tenue de sport près du corps. Elle le jugeait : gamin des rues avec déjà une immense balafre courant de la moitié de son crâne, partiellement rasé, à son oeil. Il avait encore des points de suture. Lui aussi devait adorer le concept de renforcement des liens entre les individus.

- Hey.

Elle se détourna sans un mot de plus, pour monter dans sa chambre, arrêtée par la voix du garçon, d'un cynisme qui la fit sourire malgré la surprenante véracité de ses paroles.

- Promis, j'dirais pas à ta mère que tu couches avec ce vieux dans la caisse.

Aedann Dane, 35 ans, professeur de diverses branches de Muay-Thaï et Moldu. Un homme qui avait toujours plus ou moins partagé sa vie, de près ou de loin, et qui avait son respect, faute de mieux, en plus d'être dessiné et solide comme une statue de marbre. Ava ne se retourna même pas. Pour son âge, elle avait une voix qui savait imposer aux gens le silence.

- Fais-le. Mes parents adorent me voir renforcer les liens entre les individus.

Il avait pouffé. Elle l'avait salué d'un geste de la main avant de monter.

Fin 2010 - 2011

L'Utopie n'était pas proche. Les rixes se multipliaient entre bandes isolées et la nouvelle du meurtre d'une petite fille par un sorcier, accidentel ou non, avait été accueillie par un déferlement d'outrage, coupant court aux tentatives diplomatique et aux projets de l'unité d'observation du monde sorcier.

Tout un chacun avait eu le loisir de voir l'embrasement se faire avec plus ou moins d'anxiété mais, dans le cas d'Ava, voir s'écrouler l'époque de la diplomatie partiale, pendant sa dernière année de collège, avait été une délivrance symbolique. Sa majorité l'avait délivrée de l'autorité de ses parents, mais ça… C'était un point final à un calvaire silencieux, immoral, et qui s'était jouée à la vue de beaucoup, pendant bien trop longtemps.

Tout serait plus risqué à dater de ce jour. Les sorciers fichés, dont elle et sa famille faisaient partie, et les nés Moldus, tout comme les cracmols, risquaient de passer par des moments compliqués, mais le soulagement qu'elle ressentit l'emporta sur tout le reste. Maintenant, il allait falloir se battre pour quelque chose. Pas uniquement pour satisfaire des gens derrière des vitre sans tain, dans des cours en béton.

Notes aux ASPICs

Défense contre les forces du mal : O
Potions : P
Sortilèges et enchantements : O
Métamorphose : O
Histoire de la magie : A
Étude des moldus : A
Arithmancie : T
Étude des runes anciennes : E
Divination : /
Soins aux Créatures Magiques : E
Botanique : A
Astronomie : /

Fin 2011 - 2014

Après sa sortie du collège, Ava n'eut aucun doute sur le cursus qu'elle souhaitait suivre. Son don. Son aspiration. Son but n'avait pas changé depuis toutes ces années, et si elle avait fait en sorte que son organisme soit aussi forgé que flexible, il lui restait du chemin à parcourir, pour déboucler les sceaux qui l'inféodait aux lois d'une sorcellerie dite "normale".

Entre temps, elle s'était installée chez Aedann, pour quitter une maison qui ne fourmillait plus que d'amertume et de pacifisme toxique, et lorsqu'elle eut 18 ans, il la demanda en mariage. Son nom de famille la mettait en danger, à cause des liens de ses parents avec l'unité d'observation, et celui d'Aedann la rendrait à l'anonymat et la sécurité. Elle l'appréciait. Elle le respectait. Il lui était utile et même fidèle, bien qu'elle ne le lui demanda pas. Il connaissait sa nature, lui laissait sa liberté et voulait sincèrement l'aider. C'était bien plus qu'il n'en fallait. Elle accepta.

Bye bye Mademoiselle Avandel Tiernen, et bonjour à Madame Ava Dane.

Elle paya elle-même ses études dans le domaine de l'illusion, en cumulant un nombre de petits boulots et de préoccupations qui la gardaient constamment occupée. Elle était d'ailleurs très occupée, lorsque l'un des premiers raids de Dolls trouva sa mère, seule à la maison.

Pour s'épanouir dans ses objectifs, Ava avait besoin de passer à autre chose que de la théorie stérile, même si l'idée de se lancer dans des arts contre-nature pour modifier son corps n'avait rien d'anodine. Elle travailla un temps pour divers négociants du marché noir de Londres, en parallèle de ses études, et pendant plus de deux ans auprès de certains patrons de la scorie, un réseau de recel d'informations et de matériel ésotérique international, dissimulé sous la plupart des grandes métropoles. Elle chercha ceux qui pouvaient être utiles à ses lubies. Ceux qui ne posaient pas de question. Ceux qui ne faisaient pas de leçons de morale. Ceux qui l'assistèrent lors de ses premiers rituels… Et assistèrent à ses premiers échecs.

fin 2014 - Sainte Mangouste

Quelque chose avait mal tourné. Quelque chose, dans la nuée de facteurs qui pouvaient lui exploser au visage l'avait fait, et Ava se retrouvait ici. Elle ne sentait plus rien, à l'exception de cette impression qu'un coeur battait dans son oeil droit, caché sous un bandage opaque. Elle avait cru y parvenir. Ou y voir un début de changement et, quelque part, c'était probablement le cas… Sauf que le résultat n'était pas celui qu'elle avait souhaité, et qu'elle ne savait pas exactement quel était ce résultat.

- Tu ne t'arrêteras pas, hein ?

Aedan était là et Ava avait frissonné sous la lumière froide dispensée par les rideaux à demi-clos.

- Plus de lumière.

Il ouvrit les rideaux et alluma la pièce. Au fond, elle savait que l'épouser le ferait vieillir prématurément. Il était un homme calme et sain. mature et beau. 39 ans. Il était encore jeune, mais avait l'air si las qu'Ava s'en voulut presque de ne pas se sentir plus coupable.

- Tu comptes me répondre ? Il s'en est fallu de peu cette fois… Et je ne sais pas quoi dire aux médecins d'ici...

Les médecins sorciers ? Ou bien les médecins à l'éthique irréprochable.

- Tu connais déjà la réponse. Et il n'y a rien à leur dire… Tant qu'ils peuvent me retaper, qu'ils le fassent.
- On dirait que tu parles d'une machine.

Est-ce que c'était vraiment si différent ?

- Est-ce qu'ils ont dit quelque chose ?
- Ils sont méfiants… Et moi aussi. Il y a un truc avec ta colonne vertébrale. Et ils soupçonnent des pratiques anormales.

Dont il n'envisageait pas réellement le sens. Le bout des doigts d'Ava se promena au dessus du bandage qui recouvrait son oeil, avant qu'elle ne s'observe vaguement, de son oeil ouvert. D'autres pansements. Sa peau lui paraissait étrangement hâve et des bandes enserraient son buste. Une sensation de picotements lui parcourait le dos. Au moins, elle sentait de nouveau ses jambes et ses bras.

- Tu sais… J'espérais que tu changerais d'avis.

Sur ses obsessions ? Son but ? Sa voie ? Le manque de confiance qu'elle vouait aux autres ? Elle n'avait jamais laissé planer de doute à ce sujet, alors de quoi parlait-il ? Le visage de la grande brune laissa entrevoir une ombre de curiosité et de nouveau, elle sentit les battements sourds sous le bandage qui couvrait une partie de son visage.

- Que tu t'apaiserais. Que peut-être on aurait un enfant.

Ava s'était redressée subitement, réveillant un concert de douleur dans tant de parties de son corps qu'elle dut se rabattre aussitôt sur l'oreiller avec un grognement, qui se mua en un rire nerveux irrépressible. Il se berçait tant d'illusions ? Elle ne voulait pas de ça. Elle n'avait pas besoin de ça. Elle n'avait que son ambition, et lui n'avait aucune prise là dessus.

- Non, je ne m'arrêterais pas.

Pas pour lui, aussi injuste que ce soit. Mais elle préférait être honnête. Il pouvait divorcer tout de suite, elle ne lui reprocherai rien.



Il ne le fit pas. Et fut assassiné quelques mois plus tard dans une rue, sans histoire, par une bande de sorciers.

2015 - 2017


Diplomée, Ava ne s'était pas arrêtée à ces trois ans d'études sur l'art de la transformation de la matière. Elle se spécialisa ensuite dans la dissociation et la réassociation moléculaire à haut niveau, en poursuivant sa propre voie parallèle, semée de tentatives, de pas en avant et de nouveaux échecs. Le dragon n'en était toujours pas un, mais elle pouvait sentir la différence en elle. Quand bien même certaines portes et l'éclatement de certains sceaux pouvaient la marquer irrémédiablement. Ava était déjà une créature différente, que certains appelleraient corrompue. Capable de choses qui briseraient une entité physique en million de fragments disparates, voués à ne jamais plus se reconnecter. Pourtant qui aurait pu le dire, en voyant ce visage lisse, ces lèvres pleines, dessinées, et ces cheveux ébène, qui encadraient les traits de la dame de pique d'un chaos d'ondulations. Qui pouvait se douter de ce qui se cachait derrière ce regard confiant, et amusé par l'existence.

La femme qu'elle était devenue était à l'unisson de sa personnalité. Extravertie, autoritaire, cynique, passionnée, ambitieuse. Fantasque, jusque dans son style vestimentaire, le chapeau qu'elle aimait porter et les bottes a talon qu'elle faisait résonner dans les couloirs qu'elle arpentait. Une véritable femme. Une véritable sorcière. Forte et reconnue dans un domaine qu'ils étaient fort peu à maîtriser autant qu'elle à son âge, en théorie comme en pratique. La métamorphose normée n'avait plus de secrets pour elle, et les sortilèges ou capacités qui lui étaient liées, étaient un véritable terrain de jeu. Et quel meilleur endroit ou proposer ses talents, lorsqu'on avait un profil comme le sien, que la fondation Singularité ?

C'est ainsi qu'en 2017, elle s'engagea auprès d'Elias MacFall et de la fondation, en tant qu'experte des capacités morphiques.

La suite

5 ans de collaborations, jusqu'à ce qu'une proposition ne la décide à alléger son emploi du temps à la fondation. Une lettre extrêmement protocolaire lui proposait la place de professeure de métamorphose au collège Poudlard, rien que ça. Pas que sa place à la fondation lui sembla moins importante, loin de là mais à en lire la missive, la situation paraissait quelque peu gênante pour le collège. Une "carence imprévue" ? Une sorte de service que le vieux Rodolphus lui demandait, en somme ?

Ava poursuivit sa collaboration avec Elias et avec les jeunes de la fondation en tant que consultante, quand le besoin s'en faisait sentir, pour aller jeter un oeil à ce qu'il en était, dans son ancien collège. Et puisque Driss était toujours là bas, fidèle au poste, ce serait une occasion de revoir ce petit rayon de soleil… Façon de parler.







Votre physique...

5 lignes minimum !



Ce que l'on voit d'elle : 1m72, brune aux cheveux ondulés, voir bouclés, lorsqu'ils sont moins longs. Elle les porte d'ordinaire soit détachés, soit relevés sur sa nuque, sous son chapeau, ou encore en une tresse lâche, à partir du sommet de son crâne lorsqu'elle fait du sport. Mais soyons honnête, elle pourrait être rousse, bleue ou verte, sa tignasse et le cercle de ses iris accompagnent souvent le flux de ses humeurs, parce qu'elle le veut bien et parce que cela met les gens en garde, sans qu'elle n'ait besoin de trop en faire. Ordinairement, elle a aussi les yeux bleu-verts en amande et la peau légèrement hâlée, type lait d'amande plutôt qu'albâtre (Amande power !). Sous sa véritable apparence, elle a deux petits grains de beauté sous l'oeil droit, qu'elle se plaît à garder parfois, lorsqu'elle change d'apparence humanoïde, pour que certains puissent la reconnaître.

Son corps est un outil, flexible et entraîné à le rester. Elle s'oblige a toujours le garder acéré et apte à satisfaire ses ambitions rapidement et efficacement. Sans son entraînement strict et les sports qu'elle pratique, elle pourrait se mettre en danger lors de ses excès morphiques. Elle suit aussi un régime... Assez spécifique.

Niveau vestimentaire, elle aime la modernité et les vêtements qui collent à sa personnalité. Une extravagance tendance. Perfecto de cuir rouge, bottes à talon carré, parfois des chapeaux, parfois non... Elle passe rarement inaperçu. Son assurance se lit aussi dans ses choix vestimentaires.

Ce qui se cache : ??? On pourrait peut-être le voir en cas d'extrême fatigue, ou si elle acceptait de se montrer.







Votre caractère...

10 lignes minimum !



Votre caractère : Intransigeante, cynique, extravertie. Sûre d'elle et ambitieuse. Elle sait s'entourer et attirer l'attention autour d'elle, mais donner sa confiance est une autre affaire. Derrière son extravagance, Ava cache un fond écorché vif, et de la rancune envers beaucoup de gens. Elle éprouve aussi une certaine rancœur envers elle-même, pour avoir trop subi, sans avoir été capable de stopper la machine.

Tout comme elle n'a, à ce jour, jamais laissé quelqu'un passer à travers la barrière de son extraversion (Pauvre Aedann), elle s'est également toujours montrée assez peu possessive (A contrario, elle l'est lorsqu'on essaie de la déposséder de quelque chose a quoi elle tient). Méfiante en son fort intérieur, drôle, tranchante et provocatrice à l’extérieur. Habituellement, il y a peu de choses qu'elle ne ferait pas, pour satisfaire ses ambitions, ou même certains de ses caprices. Quand elle veut, en général, elle peut. Quand elle veut, en général, elle prend.

En tant que professeure, ce n'est pas toujours quelqu'un de facile à vivre. Ava observe énormément ses élèves. Dans sa classe, on apprend, on avance et on se surpasse, ou au moins on ne fait pas semblant d'essayer. Elle ne se gêne pas pour mettre la barre très haut, si elle pense que vous avez le potentiel, ou à se montrer virulente, si elle se rend compte que vous le gâcher bêtement.

Ce que vous aimez : Le talent, les ambitions, le sport. La magie dans ses moindres aspects. Particulièrement la métamorphose. Les dragons. Les animaux féroces. Le Muay Chaiya qu'elle pratique toujours, entre autres sports (Tir à l'arc, escalade...). Les projets intéressants. Les énigmes difficiles. Les élèves difficiles qu'elle voit comme des énigmes. Les gens qui font des efforts. Les gens qui écoutent. Dépasser les limites, et aussi ses propres limites, constamment. Enseigner. Pousser le talent vers le haut, quel qu'il soit.

Ce que vous n'aimez pas : L'obscurité avant tout. Ses abus ont eut pour effet secondaire d'aggraver sérieusement sa phobie. La plupart des gens, parce qu'elle ne fait réellement confiance, ni n'est attachée à personne ou presque. Elle sait apprécier le talent, mais pas forcément les personnes, à de rares exceptions. Les personnes qui n'ont pas les compétences ou l'intelligence de leurs prétentions. Les contacts non sollicités. Subir. Les gens qui font semblant d'écouter. La politique et ses pantins.







Revenir en haut Aller en bas
 
Ava [Le dragon]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Jeu Vidéo]Dragon Age Origin
» Avocats du Dragon
» Dragon vs Aigles
» Au Dragon Vert
» DRAGON vs GGHH

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard VS Nautilia :: Avant de Jouer. :: Votre Personnage [Présentation] :: Ecole de Sorcellerie Poudlard :: Présentations Acceptées-
Sauter vers: